Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salle 16
  • Salle 16
  • : Blog historique de la salle 16
  • Contact

Blog de la salle 16

 

Le blog de la salle 16

 

Rechercher Une Classe, Un Élève, Une Leçon...

RECHERCHE

Pour retrouver un(e) élève, une classe ou une leçon, utiliser le moteur de recherche interne ci-dessus.

(Attention à l'orthographe !)

Archives

10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 16:24

"C'te coupe de cheveux, mon frère !"

(Article paru dans Libération, jeudi 22 mars 2007)

    "Ta mère !" Si vous prenez cette insulte, largement popularisée dans les années 90, pour une expression dans le vent, sachez que vous vous trompez. Le célèbre "ta mère" appartient désormais à l'histoire.

    "Sur la vie de ma mère" en revanche, est très usité. Dans son sillage, sont apparues des exclamations étranges : "sur la vie de moi !" et "sur la tête de moi !" L'index raidi, levé vers le ciel, est un accompagnement indispensable. Il permet d'appuyer la force du propos. Traditionnellement, la grammaire n'admet pas l'emploi du pronom personnel renforcé "moi" après la réposition "de". Mais qu'importe ?

    Menace. D'abord, il y a l'émergence d'une série de verbes en -ave, probablement emprunté au tzigane. On dit "bouillave" pour "faire l'amour", "bédave" pour "fumer", "chourave" pour "dérober". Quant à "marrave", archi-employé, il signifie "tuer", "massacrer". "Sur la vide d'moi, j'vais t'marave ta race !" : cette menace, désormais banale, n'impresionne plus grand-monde. Elle est même parfois prononcée avec le sourire, comme pour dire "bonjour".

    Remarquons, à ce propos, que l'emploi de paroles agressives, déconnectées de tout conflit et quasiment vidées de leur sens, est fréquent. "Tu crois qu'chuis ta copine ou quoi ?" "T'as cru que j'rigolais avec toi ?" entend-on au détour de conversations anodines. Et puis il arrive qu'on détourne des expressions de leur sens. Si vous pensez que "vite fait", par exemple, signifie "rapidement", sortez de votre naïveté. "Vite fait" se traduit par "plus ou moins", "à peu près", "un peu". Quand on a compris "vite fait" sa leçon, c'est qu'on l'a moyennement comprise. Voire qu'on ne l'a pas comprise du tout. "Vite fait" peut en effet s'employer avec des degrés. Le choix du degré appartient au locuteur, d'où un certain nombre de malentendus avec les adultes.

    Soucieux de revisiter tous les aspects de la langue française, les adolescents s'attaquent même à l'ordre des mots dans la phrase. Ainsi, l'adverbe passe-t-il presque toujours en fin de groupe syntaxique : "Il a lâché l'affaire carrément". Il existe aussi des expressions fourre-tout, qui veulent dire tout et son contraire. C'est le cas du très classique "Vas-y !", qui signifie aussi bien "laisse-moi tranquille" que "s'il te plaît", ou encore "je te déteste, je vais te tuer". Seul le contexte (et l'intonation) permettent d'interpréter.

    L'appellation "mon frère" est également un tic de langage qui ponctue bon nombre de phrases. Elle désigne indifféremment une fille ou un garçon et ne signifie pas grand-chose.  Elle sert surtout de signe de reconnaissance. "Mon frère", lâché en fin de phrase, instaure une complicité immédiate entre les interlocuteurs et véhicule un message implicite du genre : "Nous sommes jeunes, nous sommes cool et nous le savons." L'emploi du verlan, toujours d'actualité, joue un rôle comparable. Néanmions, tous les mots ne sont pas librement transposables. S'il est acceptable et souhaité d'employer "ouf", "keum", "relou" ou encore "péfra", il serait en revanche incongru de transformer les mots "perturbé", "homme", "pénible" ou "rosser" ! Allez savoir pourquoi... Enfin, la contraction et le suremploi des adjectifs sont une pratique langagière en expansion. "C'te coupe de cheveux, mon frère !", "c'te démarche que t'as !", "c'te meuf, sur la tête de ouam !" Particularité de l'époque, ces adjectifs démonstratifs peuvent même introduire un nom propre : "c'te Jessica !", "c'te Kevin, j'te jure !"

    "La même". Certaines expressions sont inexplicablement abrégées. C'est le cas de "la même", qui signifie "la même chose". Exemple de dialogue entendu :

    "- T'es pas sorti, vendredi ?

    - Nan. J'étais puni.

    - Et samedi ?

    - La même !"

    Depuis un peu plus de vingt ans, les adolescents réinventent le langage. Le processus s'est accéléré ces dernières années, pour aboutir à la création d'un paralangage étonnant que les plus de 25 ans ne peuvent pas connaître. Ce n'est ni un bien, ni un mal. C'est une réalité à étudier et à prendre en compte. Le plus surprenant et le plus drôle est sans doute l'apparition de ce paralangage, né dans les banlieues défavorisées, au sein des milieux bourgeois et aisés. Les adolescents des bonnes familles s'approprient volontiers la grammaire et le vocabulaire des jeunes des quartiers sans soupçonner un instant de l'effet comique.

    Seule une dérive est préoccupante : la frontière entre langage oral et langage écrit s'efface, comme en témoignent ces lignes de Julien, élève de troisième, à propos d'une oeuvre de Maupassant : "Je suis vraiment d'accord avec le narrateur qui dit à la meuf de reprendre son mec car il le saoule grave. Je voudrais pas être à sa place car il fait des trucs de ouf."

Cypora Petitjean-Cerf

 

Des mots "total" mode, on va dire

(Article paru dans Le Monde, jeudi 27 avril 2006)

    Un beau matin, des mots nouveaux, des expressions inédites fleurissent dans les lycées, les cafétérias ou les médias. Parfois ce sont des adjectifs qui se prennent à jouer les adverbes ("J'ahallucine sévère"), des adverbes qui au contraire s'adjectivisent ("Elle est trop"), des substantifs qui meurent d'envie de se conjuguer ("Désolée, l'autre jour j'ai un peu crisé"). Pour avoir l'air moins bête devant ces innovations, voici l'abécédaire de quelques musts devenus incontournables.

Baroque : "étrange", "bizarre", "incompréhensible".

Bloguer : le "blog" a fait son entrée dans le Larousse en 2006. Le verbe fait suite...

Bonheur (que du) : expression très marketing qui veut seulement dire que tout va bien.

Capter : a remplacé "comprendre", "piger" ("T'inquiète, j'ai capté !")

Ça va le faire (ou pas le faire) : ça va aller (ou pas), on devrait s'en sortir (ou pas).

Casher (ou surtout "pas casher") : correct (ou incorrect), d'équerre (ou pas d'équerre), dans la norme (ou non).

Collector : très rare, recherché, objet de collection. Il y a des disques collectors, des exemplaires de journaux et même des jeans, ou.. une copie bien notée.

Customiser : personnaliser, décorer (souvent en pillant les merceries et les drogueries) pour donner sa propre griffe à ses baskets, sa voiture, son canapé, son blog. (Le prononcer à la française.)

Équitable : tout doit désormais l'être, le commerce, l'économie, les relations, le café. Adjectif tellement prisé qu'il est en passe de supplanter le fameux "citoyen" des deux dernières années.

Guillemets (entre) : la seule ponctuation qui se mime avec deux doigts de chaque main.

On va dire : expression (modalisateur) servant à ne pas assumer totalement la responsabilité de ce qui va suivre ou qui précède. S'exprimait jadis par : "Je dirais volontiers si j'osais" (c'était plus long).

Point barre : ça suffit, basta, ras-le-bol.

Souci : on n'a plus de "problèmes", on a désormais des soucis. (Cf. : "Y'a pas d'souci !")

Spamer : le "spam" (mail non désiré) est devenu un classique (entrée au Robert en 2005, au Larousse en 2006). Le verbe qui en est dérivé signifie "coller", "péguer"*, voire "pourrir" ("Ce mec, il me spame la vie !")

Tip-top : impec, rien à dire.

Tonguer : à l'origine : vivre en tongs. Autrement dit : "buller".

Total : c'est le préfixe qui va avec tout. ("Ce groupe est total-déjanté.")

Vintage : à l'origine, tout vêtement, meuble ou accessoire d'au moins 20 ans d'âge, si possible griffé. En fait : tout objet datant du 20e siècle, quelle que soit son histoire.

Hélène Viala

* Péguer : verbe intransitif (du provençal pega, poix) Dans le midi de la France : être poisseux, collant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Manvussat - dans Cours
commenter cet article

commentaires

julien 19/05/2007 13:37

meme l jeune ne conesse po tous le vocabulaire !!

julien 19/05/2007 13:34

tre interesant !!
dsl pour avoir otant de temps pr mettre des com  u un prob pr vou mettre des com !!!

Arien Eleve 3e3 16/05/2007 15:15

Rha y'en a une bonne paire de mots comme ace ( =ça )
De plus j'ai remarqué que Fatal Bazooka (Rappeur très connu utilisant un pseudonyme , son vrai nom est Michael Young ).
L'expression Vulgaire "Niquer" est souvent employé chez les jeunes.
ex:Je vais te Niquer ==> Chez les jeunes cela ne veut pas dire : je veux te faire l'amour eperdument ! Détrompez vous ! Cela signifie je vais refaire ton visage a l'aide de mon poing !
Ce Verbe grossier permet une contraction.Les jeunes insultent souvent la mere de leur interlocuteur ( "Ta mere" , cité dans l'article) et bien maintenant au lieu de dire : Nique ta mere , on peut dire "Nickta" ou "Nique ta ".
Je ne vais pas continuer avec le language D'jeun's aujourd'hui , Trop Long !

Articles Récents

  • 6e Ivoire 12-13
    Grégoire Bayart ~ Florent Branly ~ Maëva Brasse ~ Camille Delrocq ~ Thomas Deroy ~ Giovanni Fouque ~ Juliette Fourcroy ~ Célia Gavois ~ Laura Hele ~ Héléna Janquin ~ Tessy Kupka ~ Louis Largillet ~ Matthieu Leblanc ~ Éléa Lefebvre ~ Lucas Legrand ~ Adeline...
  • 5e Ivoire 12-13
    Léa Brasselet ~ Steven Brasy ~ Emma Carton ~ Chloé Charles ~ Florian Cornil ~ Dorine Courdent ~ Manon Delmarre ~ Stanislas Hedel ~ Manuela Hilst ~ Lucas Lamirand ~ Élise Lavie ~ Élisa Lavoye ~ Céline Lefebvre ~ Coline Lemaître ~ Ludovic Lescieux ~ Marie...
  • 5e carmin 12-13
    Maxime Bosq ~ Romain Capon ~ Manon Coronado ~ Cassandra Croigny ~ Émilie Da Silva Soares ~ Antoine Dehecq ~ Natacha Delval ~ Nina Dupas ~ Chloé Fournier ~ Agathe Franque ~ Valentin Geeraert ~ Cyril Hecquet ~ Clément Henquez ~ Alexandre Journée ~ Juliette...
  • 3e Verte 12-13
    Océane Agneray ~ Anthony Beaurin ~ Théo Bosq ~ Margaux Chevalier ~ Jules Corbeau ~ Sacha Dewattine ~ Alexandre Dewite ~ Gaëlle Dewite ~ Charlotte Dubois ~ Ciryl Ducarton ~ Caroline Everard ~ Théo Fever ~ Dylan Fournier ~ Pierre Geeraert ~ Élisa Guilbert...
  • 3e Blanche 12-13
    Axel Baron ~ Emma Boulogne ~ Florian Clérentin ~ Allan Decoster ~ Romain Delille ~ Sarah Dulongcourty ~ Sullivan Everaer ~ Maxence Fasquel ~ Angèle Favier ~ Marine Lambert ~ Valentine Lannoye ~ Mathilde Lenglart ~ Valentin Manidren ~ Océane Muylaert ~...
  • ~ Brevet 2012 ~
    QUESTIONS sur le texte I. « Il était une fois... » 1. À quel genre appartient ce récit ? Justifiez votre réponse en donnant au moins trois indices. C’est un conte. Trois indices parmi ceux-ci : - « Il était une fois » (l’histoire est rejetée dans un passé...
  • ~ La 5e Blanche 11-12 en salle 16 ~

Avis aux potaches

Merci de signaler des erreurs (?) dans la catégorie 'Classes'.

Et, bien sûr, je suis preneur si vous avez une des photos de classes qui manquent ici !

~

prof.fr@wanadoo.fr

Catégories